Sommaire
- juillet 2007 -
  • Le mot du président : Bilan du DLA
  • Les animations Lafi Bala
  • Des changements dans l'équipe
  • « Transports durables » : petit compte rendu de la 5ème semaine du développement durable en République tchèque
  • Lafi Bala change de peau
  • Agenda : La prochaine assemblée générale


Loco
Bilan du DLA : Dispositif Local d’Accompagnement

Suite au diagnostic de l’association LAFI BALA effectué par Emma TRICOT de l’AIRDIE,  deux points faibles constatés :
  • Pilotage financier de l’association
  • Ancrage local de l’association
Il a donc été décidé de mettre en place un Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) pour améliorer ces deux points.

La première partie sur le pilotage financier de l’association a été menée par Marie ARBONA de la DISE (Diagnostic Intervention en Sociologie de l’Entreprise) et a surtout concerné Mathieu (trésorier) et Marie (salariée en charge de la comptabilité).  Cette formation a permis de mieux coordonner le travail de chacun, de maîtriser les outils informatiques (logiciel) de comptabilité et d’accompagner Mathieu dans sa prise de fonction en tant que trésorier.

La deuxième partie sur l’ancrage local a été confiée à Michelle CORNILLON et Laurent MARSEAULT des « ECOLOGISTES DE L’EUZIERE » et a mobilisé l’ensemble des administrateurs et salariés de l’association.
L’objectif de cette partie était de développer des partenariats solides avec les collectivités territoriales et les réseaux associatifs locaux.

Après quelques séances de réflexion sur le fonctionnement de l’association, son identité, ses forces et ses faiblesses ; l’accompagnement s’est focalisé sur la méthodologie du traitement des demandes de subvention avec Séverine, Kamel et moi-même et surtout sur l’organisation et la tenue de rencontres avec les collectivités territoriales.

Ces rencontres avaient pour but de présenter l’association à ces collectivités et de trouver ensemble des pistes de travail permettant de développer de réels partenariats. Elles ont permis à l’association d’être beaucoup mieux identifiée dans le domaine de l’éducation au développement, développement durable et citoyenneté internationale au niveau du Conseil Général de l’Hérault, du Conseil Régional Languedoc Roussillon et de la DRJS. D’autres contacts plus directs ont suivi avec Pierre TEILLAUD (direction de l’environnement au CG 34), Yann ABONNEAU (chargé de l’éducation à l’environnement au Conseil Régional LR).

Ce Dispositif d’Accompagnement commence à porter ses fruits avec des actions prévues notamment avec le CG 34 (sur l’alimentation avec la Maison Départementale de l’Environnement ; participation à l’organisation du Forum des Associations à l’Hôtel du Département) et des demandes de subvention qui aboutissent avec l’obtention de la totalité des aides demandées (Conseil Régional).

L’ancrage local ne se fera pas en un mois, mais les nouveaux outils de gestion, de suivi des subventions ; les contacts plus étroits avec les collectivités territoriales développés lors de ce DLA permettent d’envisager une activité accrue dans le département et la région.

J’ajouterai  que le travail des salariés et l’implication de tous les administrateurs de LAFI BALA à leurs côtés durant cette période ont montré le dynamisme dont fait preuve notre association, un atout qui sera fort utile pour les mois qui viennent.

Serge Misericordia


Les animations Lafi Bala

Bilan à mi-parcours

De janvier à juin 2007, nous avons réalisé 31 animations ce qui représente 74 journées animateurs. Nous avons ainsi pu sensibiliser au Développement Durable et à la citoyenneté internationale 3810 personnes dont 1050 en Languedoc-Rousillon.

A titre comparatif, de janvier à décembre 2006, nous avions réalisé 42 animations.

Création de l’exposition « Au bout de la ville »

La problématique des déchets est au cœur du développement durable. Les déchets questionnent en effet notre mode de vie et de production, notre mode de consommation, notre impact environnemental, les coûts économiques liés à cette production et élimination de déchets, notre rapport symbolique au « sale », au « rejet », nos rapports avec les pays du Sud…
Pour aborder cette problématique, Lafi Bala a réalisé deux expositions réunies dans un module « Déchets » accompagnées d’un dossier documentaire et d’un petit jeu de  sensibilisation.

L’exposition « Au bout de la ville » exposition de 20 photographies de Serge Mercier sur la décharge d’Entressen, située à 70 km de Marseille, montre l’immensité du site et la place de l’homme dans ce milieu par la voix artistique jouant sur l’émotion et le ressenti et non sur l’explicatif.

L’exposition « A l’autre bout de la Terre » apporte informations et contenus pour comprendre la situation planétaire. Elle est accompagnée d’un guide de visite qui permet aux élèves de conserver par écrit les informations essentielles.
Les panneaux ont été réalisés en « 3D », en utilisant toutes sortes de déchets, par Aya Tateishi et Pablo Marcos-Garcia.

Création de l’événement « Un peu de Sud dans votre assiette »

Se nourrir chaque jour… : la même nécessité pour 6 milliards d’hommes…
Et chaque jour MES choix alimentaires sont des choix pour l’avenir de la planète…
Avec l’événement « Un peu de Sud dans votre assiette », Lafi Bala met l’assiette au cœur du développement durable et propose aux élèves :

Le jeu de la banane : Accompagné d’une exposition photo sur la filière « banane », ce jeu de rôle met en scène vendeurs et acheteurs de bananes et permet de comprendre les différents types de production de banane dans le monde (intensif, familial, biologique, équitable) et leurs impacts sur les conditions de vie des travailleurs, l’environnement, le prix à l’achat.

Le jeu de l’énergie : Les élèves choisissent comme à la cantine des plats (photos) et calculent leurs apports énergétiques et leur impact écologique. Les objectifs sont multiples : donner les connaissances de base sur l’équilibre alimentaire ; faire réfléchir aux impacts écologiques de l’alimentation.

Un stand de dégustation de produits issus du commerce équitable permet aux élèves de découvrir les offres de la filière.

Synthèse de la journée, la conférence-débat permettra de mettre « l’assiette » au cœur du développement durable. Le témoignage de 2 agriculteurs du Nord et du Sud (sous réserve pour le producteur partenaire du Sud) permet de réfléchir aux modes de production et aux filières.



























Animation

Nombre de journées

Nombre de journées animateur

Nombre de personnes sensibilisées

Total

Région Languedoc-Roussillon

Zigani Drom

14

28

1920

380

Alimentation et Développement Durable

9

18

800

150

Décoodé

5

20

730

160

Le ptit resto santé

2

4

260

260

Piste du Djembé

1

4

100

100

TOTAL

31

74

3810

1050






Quelques-uns des projets de Lafi Bala pour la fin de l’année 2007 
  • Une série de peintures destinée à accompagner "un peu de sud dans votre assiette" est en cours de réalisation par Pablo Marcos-Garcia.
  • La participation au festival Scénoverte du  centre Cébenna à Olargues (août)
  • Des animations au sein du centre de vacances du comité d’entreprise EDF à Béziers (août).
  • Une participation bénévole aux rencontres internationales des CNP (Club Connaître et Protéger la Nature, journal la Hulotte) (août).
  • La contribution de Lafi Bala au forum « interculturel » du Conseil Général (Direction des Relations Internationales) (mai 2008).
  • Des interventions à la médiathèque de Bellegarde (Gard) (octobre).
  • Des animations au collège Arthur Rimbaud, au collège des Aiguerelles et au collège de Pérols (septembre à décembre).
  • Des animations au lycée général de Pézenas, aux lycées agricoles de Nîmes-Rodilhan et de Pézenas (de septembre à décembre).
  • AlimenTerre : La journée mondiale de l'alimentation (16 octobre).
  • 3 semaines dans le cadre du dispositif« sensibiliser et agir pour le développement durable », projet collectif des lycées de la région Rhône-Alpes (novembre).
  • Zigani Drom à Montaubérou le 26 septembre 2007
    Pour réaliser une partie de l’exposition « Zigani drom », Serge Mercier a effectué un reportage au quartier gitan de Montaubérou à Montpellier.
    Mercredi 26 septembre, de 14h à 18h, nous nous installerons dans la cour de Pierre Gracias, Pasteur à Montaubérou, afin d’échanger autour de l’exposition avec les habitants du quartier.
L'équipe de Lafi Bala









Des changements dans l'équipe
Un grand merci à Martina et Nathalie pour le travail accompli cette année. Elles viennent de quitter l'équipe de Lafi Bala et s'en vont vers de nouvelles aventures. Si elles ne sont plus désormais salariés de l'association, nous espérons les garder comme membres actifs de Lafi Bala. Mais je leur laisse la parole.

J’ai aimé manger dehors, avoir la possibilité de pouvoir faire mon compost, ne pas être dans une culture de la rentabilité (enfin, c’est vrai que le fric est loin d’être absent à Lafi Bala, question de survie…), d’avoir partager du temps avec vous.
En début d’année j’avais choisi comme proverbe « Un sac vide ne tient pas debout »… et bien je vais continuer à aller remplir le mien !
Bonne suite à vous .
Nathalie...
Lafi Bala je connaissais de l’extérieur depuis 10 ans, de l’extérieur c’est-à-dire comme une vieille tante qui regarde de loin ce qui se passe. Cette année, je suis donc passée à l’intérieur. Etre à l’intérieur, mêler implication associative et personnelle, amitié et travail, pas facile, c’était comme mettre des grosses lunettes à la vieille tante pour qu’elle regarde dans les détails et ainsi lui donner l’occasion de rouspéter contre les toiles d’araignées.
Alors merci d’avoir hébergé la vieille tante acariâtre au sens quasi-pélandais de la productivité et de la rigueur. C’était une belle retraite ! J’ai apprécié de créer de nouvelles animations sur des thèmes que je connaissais bien (alimentation, Burkina) mais aussi de faire un peu d’anthropologie vagabonde en découvrant les histoires des gitans de Montpellier.
 

Martina...
J’ai appris beaucoup de nouvelles choses, plein de savoir faire. J’ai fait des progrès dans la langue française mais aussi j’ai été confrontée à de nouvelles problématiques auparavant inconnues en République Tchèque, comme le commerce équitable par exemple. Au début, j’ai beaucoup observé les animations puis j’ai fait de la co animation et enfin de l’animation seule. C’était un défi pour moi, plutôt positif et les animatrices m’ont beaucoup soutenue (prise de notes pendant les animations… puis discussion).
Mes collègues étaient vraiment professionnelles. Elles essaient toujours de faire passer un message malgré les difficultés, en s’accrochant à quelque chose pour semer de petites graines partout. C’est essentiel. Personnellement, j’ai beaucoup changé, je réfléchis plus. J’ai pris conscience que chaque acte a un impact.
Le SVE (Service Volontaire Européen)* m’a donné confiance en moi. J’ai encore envie de repartir et de faire des voyages, en dehors des lignes toutes tracées. Je n’ai pas peur de peut-être changer de métier : d’essayer de sensibiliser en tant qu’institutrice ou de transmettre des valeurs autour de moi, ce que j’ai appris ici.

* Pour en savoir plus sur le Service Volontaire Européen :
www.jeunesseenaction.fr


Nous saluons également l'arrivée d'un nouveau venu dans l'équipe, Dominique Dalbin.

Mon parcours  en quelques lignes ?

Disons que j’ai suivi une formation scientifique (ingéniorat des sciences de l’eau, 1985), mais le goût pour la création artistique m’a amené à prendre également des cours d’arts plastiques, sans doute pour essayer de cultiver au mieux mes deux hémisphères (cérébraux). Pour « gagner » ma vie, j’ai préféré ensuite aux grands bureaux d’étude suivre la voie de la recherche-développement, au CEMAGREF puis au CIRAD pour ma coopé, en Côte d’Ivoire pour le développement de la pisciculture tropicale. Revenu en France riche de cette expérience humaine inoubliable, la proposition d’un poste de professeur au lycée aquacole de La Canourgue m’a permis de me confronter à ce passionnant métier, que j’ai pu aussi décliner sous d’autres formes, à l’IAM par exemple où je proposais régulièrement un module de communication scientifique auprès d’étudiants étrangers. Le pas était franchi, j’avais désormais un profil un peu atypique,  sur des interfaces sciences/communication/création. Une année passée à l’Agro Montpellier m’a conduit à réaliser un projet d’exposition regards croisés « art & biologie », où j’ai pu jouer les rôles de commissaire d’exposition, scénographe, graphiste, chargé de communication…
En 1999, chef de projet Science, Culture, Société à la FNFR (Fédération nationale des Foyers ruraux),  je suis amené à accomplir des missions d’un nouveau type, en milieu associatif : animation de réseau, aide aux projets, communication et représentation institutionnelle, développement des partenariats, nouvelles technologies… Aujourd’hui, à 44 ans, je retrouve ici mes racines montpelliéraines et j’espère pouvoir apporter à Lafi Bala mon regard, deux trois petites choses utiles…et beaucoup d’énergie au service de toute l’équipe !

Dominique Dalbin

(nouveau mis à disposition de Lafi Bala par le ministère de l'agriculture et de la pêche à compter du 1er juillet)

« Transports durables » : petit compte rendu de la 5ème semaine du développement durable en République tchèque
Décidément, Lafi Bala est en train de tisser des liens privilégiés avec la République Tchèque. Après l'année passée par Martina au sein de l'équipe, c'est Chloë Vidal, membre de l'association, qui nous envoie un reportage de Prague où elle vit depuis maintenant un an. Nous vous en présentons ici un résumé, mais vous pouvez obtenir le reportage dans son intégralité sur simple demande à cette adresse :

secretaire.lafibala@yahoo.fr



Tandis qu’à New-York les maires des 46 villes les plus peuplées de la planète se réunissaient pour étudier le moyen de lutter contre le réchauffement climatique, abordant essentiellement les questions de la pollution et du trafic automobile, se tenait en République tchèque la cinquième édition de la Semaine du développement durable, consacrée elle aussi à une réflexion sur les transports et sur le danger que représente leur développement impétueux et incontrôlé pour toute la planète…


« Udržitelná doprava » (« Les transports durables ») : c’est autour de ce slogan qu’ont été programmées, du 14 ou 20 mai, conférences, discussions et projections de films, surtout consacrées à la recherche de méthodes et de moyens pour atténuer les retombées nocives des transports en République tchèque. Lutter contre les changements climatiques et maîtriser la demande d’énergie sont les objectifs, désormais communs à tous les pays de l’Union européenne, qui motivent l’adoption d’une démarche partenariale intégrée et scientifiquement rigoureuse afin d’inscrire le développement des transports dans une perspective durable. « Le transport durable en ville », « les carburants alternatifs dans les transports », « les transports et la santé » ont été les trois axes thématiques autour desquels sont intervenus représentants institutionnels, industriels, spécialistes, ONG et associations.

La manifestation a bien fait apparaître l’objectif de développement durable comme un enjeu de société, ouvrant un champ de mobilisation et de coopération des énergies aux échelles locale, nationale et internationale : cette cinquième édition de la semaine du développement durable a ainsi connu un élargissement des interventions à des experts internationaux (français, suédois, anglais et suisses) et une décentralisation des manifestations (dans les villes de Plzen, Brno, Ostrava ou encore Hradec Králové) . L’événement semble gagner chaque année en légitimité avec l’implication croissante des autorités publiques tchèques et le Ministère de l’Environnement devrait, à l’avenir, prendre le relai de l’Ambassade de France pour son organisation.


            Néanmoins, on a pu regretter, pour cette édition, que la création d’un tel espace d’échanges ait davantage donné lieu à l’exposé de solutions techniques (parfois difficile d’accès pour un public non « averti »), qu’à un espace de réflexion plus ouvert, offrant une place à une discussion sur les enjeux politiques, économiques et sociaux qui sous-tendent les problèmes relatifs aux transports, et, plus largement, à la mobilité. Par ailleurs, la participation d’un public plus large (comme lors des précédentes éditions où de nombreux ateliers avaient été organisés pour les enfants) aurait sans doute contribué à offrir une autre dynamique à la manifestation.

            Rendez-vous donc l’année prochaine, pour la 6ème édition de la semaine du développement durable  - qui devrait être consacrée aux « carburants alternatifs »…!

Chloë Vidal

Lafi Bala change de peau

L'association revoie ses outils de communication. A l'occasion de la sortie d'une nouvelle plaquette d'information et d'un catalogue des animations, Lafi Bala fait peau neuve : Nouveau logo et nouvelle charte graphique au programme. Les talents ne manque pas au sein de l'association, c'est pourquoi nous proposons à nos membres et sympathisants peintres et graphistes, professionnels ou amateurs, de réfléchir au nouveau logo de l'association. Les contraintes sont simples : le nouveau logo sera accompagné de la phrase suivante : "éduquer à la citoyenneté internationale et au développement durable". Il devra également garder quelque chose des origines africaines de l'association. Vous pouvez nous faire part de vos propositions jusqu'à la mi-septembre 2007, alors à vos pinceaux !
?


Agenda : La prochaine assemblée générale

Une date importante à noter, celle de la prochaine assemblée générale de Lafi Bala qui aura lieu le 22 septembre 2007 à 17h. Au programme : bilan moral et bilan financier pour 2007, nouveau Conseil d'administration et nouveau bureau, projets pour 2008. Je vous rappelle l'adresse du Lycée de Castelnau où se déroulera l'assemblée générale :

Lycée Professionnel Agricole (LPA) La Frondaie - Honoré de Balzac -
7 av Galine 34170
CASTELNAU LE LEZ


source : pages jaunes

"La voix du griot" c'est fini pour cette fois. N'hésitez pas à envoyer vos commentaires, vos suggestions, vos reflexions, des textes et des images pour le prochain bulletin d'information de Lafi Bala. vos contributions seront les bienvenues, vous pouvez les envoyer à cette adresse :