Sommaire n° 5 - septembre 2008
  • Le mot du Président
  • L'actu de Lafi Bala
  • Bon à savoir...
  • Petite annonce
  • Clics spéciaux
  • Horizons : Résistance dans les îles de Panamà
  • Le mot du directeur
  • Bonus : De vous à nous !

La fête d'anniversaire de Lafi Bala, le 21 mai 
dernier (photo : Carine Roger Sochard) 
Le mot du Président
Tout d’abord, merci à celles et ceux qui sont venus partager ce bon moment que fut la fête pour les vingt ans de Lafi Bala. Une très belle soirée très animée et très conviviale dont vous pouvez voir de très belles photos sur le site. Merci Dominique.
Une nouvelle année scolaire va commencer avec quelques nouveautés et changements dans le fonctionnement des permanents.
Parmi les nouveautés, le DVD "Se nourrir...au Burkina Faso, à Cuba, au Népal - enjeux de développement" est en cours de finalisation avec version anglaise ! Un partenariat a été conclu avec le CRDP, ce qui devrait faciliter sa diffusion.
Du changement dans le fonctionnement des permanents puisque Séverine a souhaité rejoindre son compagnon dans le Var tout en continuant à travailler pour Lafi Bala. Elle effectuera donc une partie de ses tâches en télétravail tout en continuant d’assurer les animations.
Nous aurons l’occasion d’échanger sur ces points et bien d’autres lors de l’assemblée générale qui se tiendra le 27 septembre à 16H30 au Lycée Honoré de Balzac à Castelnau le Lez.
À bientôt donc et portez-vous bien.
Serge Miséricordia
L'actu de Lafi Bala
  • Assemblée générale
L'assemblée générale annuelle de Lafi Bala se déroulera le samedi 27 septembre prochain à 16h30 au siège de l'association à Castelnau le Lez. Les invitations seront envoyées très prochainement aux membres adhérents. Venez nombreux !
  • Agréés !
Lafi Bala vient de recevoir l'agrément Jeunesse et Sports (numéro : 34 08 JEP 181). Nous attendons maintenant le traitement du dossier de demande déposé auprès de l'Education nationale...

L'équipe de Lafi Bala lors de son "pow-pow"
(réunion de bilan annuel) en juin dans les Cévennes...

La bouteille de vin
cuvée spéciale "20 ans" de Lafi Bala. Qu'attendez-vous
pour la réserver ?
  • Retour sur nos vingt ans
Le mois de mai a bien été joli pour Lafi Bala : une très belle fête d'anniversaire, en présence notamment de notre ami co-fondateur Koudbi Koala (pour voir le diaporama, c'est par ici...), une cuvée spéciale de Merlot (si vous n'avez pas encore réservé de bouteille collector, n'attendez plus, rendez-vous à la rubrique "de vous à nous" !), des articles de presse sympas... et parmi les cadeaux le film de valorisation de notre action Décoodé produit par la Banque populaire (que l'on peut voir sur notre page diaporamas/films). 
  • Les stagiaires...
L'association a accueilli cet été Véronique Labat (création graphique pour notre projet de DVD "Se nourrir..." et suivi de quelques animations), Pauline Bouman (travail photographique sur une journée animation Piste du djembé) et Victor Matheron (maintenance de décors et de matériel d'animation). Merci à eux pour leur engagement durant leur stage !
Accueillir des stagiaires, c’est aussi une autre façon de faire de l’éducation au développement !
Et Lafi Bala y prend goût puisque nous accueillerons Pascaline Breuil dès la rentrée pour un stage en alternance jusqu’en janvier. En 1ère année de Master professionnel « Intermédiation & développement social » à l’Université Paul Valéry de Montpellier, Pascaline travaillera sur la question des facteurs limitants à une consommation alimentaire responsable…
  • Quelques chiffres
Au premier semestre 2008, nous avons rencontré environ 3 610 personnes lors de 42 actions, découvert ou redécouvert le patrimoine de 5 régions engagées pour l’avenir de la planète et animé 18 journées : en février périple en Pays de la Loire (animations Décoodé), en mars la Normandie, la Bretagne (Zigani Drom et Décoodé) et Rhône-Alpes (Décoodé), en avril voyage en Aquitaine (Zigani Drom).
Le carnet de voyage ne s’arrête pas là, 24 actions ont été réalisées en Languedoc-Roussillon : 6 journées (publics scolaires), 4 ateliers (publics divers), 5 actions de représentation (forums, stands, etc.), 9 animations à la MDE (Maison Départementale de l’Environnement) de l'Hérault (voir ci-dessous).
Alors « Lafi Bala » (comme dirait l’Autre) ?
Une flaque noire flotte cependant dans l’eau du thé…
Nous avons, ces 6 premiers mois, parcouru 7 980 kilomètres (7 160 kms lors des tournées + 820 kms par ici)*. Sachant que notre camionnette colorée émet environ 214 g de CO2/km (soit 58 g de Carbone/km), le calcul est simple et le résultat impressionnant : 0,46 T de Carbone/6 mois !
Heureusement, l’ancrage local avance… !
* par comparaison : 11 105 kms en 2007 = 0,64 T de Carbone émis.
Début d’année satisfaisant ?
A vous de juger !
2004 : 47 actions (dont 15 locales)
2005 : 32 actions (dont 9 locales)
2006 : 42 actions (dont 12 locales)
2007 : 66 actions (dont 38 locales)
1er semestre 2008 : 42 actions
(dont 24 locales)
 
Pour stabiliser l'effet de serre à un niveau raisonnable d'ici la fin du siècle, il faudrait n'émettre que 2 à 3 milliards de T de Carbone par an, soit 500 Kg par an et par personne (30% des émissions actuelles d'un Français...), toutes activités comprises (chauffage, alimentation etc.). Bref, mangeons local !
  • Partenariat Lafi Bala / MDE de l'Hérault
Du 6 avril au 4 juin dernier, Lafi Bala et la MDE de l'Hérault à Prades le Lez (dont la programmation en 2008 est axée sur l’agriculture et l’alimentation),  ont proposé aux scolaires des animations autour de l’exposition du Comité Français pour la Solidarité Internationale Des paysans contre la faim.
Concrètement, les animateurs de la MDE proposaient des ateliers tels que jeu de positionnement, enquête, débat, dégustation de chocolat commerce équitable. Nous présentions, en alternance, la concession du village d’Imasgho, le marché africain et le film "Se nourrir...à Imasgho". Cet atelier Afrique a ainsi apporté un éclairage concret sur la problématique de la faim développée au cours de l’exposition.
En tout, ce sont 2 327 personnes qui ont visité librement l’exposition et 190 (écoles primaires, collèges, lycées et personnes en insertion professionnelle) qui ont pu bénéficier d’une animation.
Expérience de partenariat enrichissante à suivre !
Toujours plus beau, plus gros, plus fort : à vous de juger en venant surfer sur nos pages, relookées cet été. Au rayon nouveautés : les pages Dossier de presse, JeuxLa voix du griot, la nouvelle plaquette téléchargeable, encore plus de photos,...
  • Nos nouveaux outils
Après le Jeu de la pêche (jeu de rôle sur la gestion durable des ressources naturelles) et le cabas pédagogique "Planète alimentation" (notre compilation d'outils sur l'alimentation et le développement durable global), nous avons inauguré de nouveaux jeux, adaptés aux jeunes publics :
- le Jeu des 5 céréales (du champ à l'assiette, jeu sur les 5 céréales les plus cultivées dans le monde : blé, maïs, riz, orge, millet),
- le Jeu du cacao (jeu de rôle impliquant des vendeurs et des acheteurs de chocolat et permettant de sensibiliser aux méthodes de production et de commercialisation et à leurs impacts),
- le Jeu de l'oie Zigani Drom (version jeu de plateau de notre animation sur la culture Tsigane et sur l'accueil des gens du voyage en France).
Ces outils permettent de proposer de nouveaux ateliers thématiques en direction des écoles, centres de loisirs, maisons pour tous,...
  • Nos projets en cours
Nous continuons de travailler sur nos projets de réalisation de mallettes pédagogiques sur la gestion durable des ressources halieutiques internationales (à partir de l'exposition Sunu Gal, la pêche au Sénégal et du Jeu de la pêche) ainsi que sur les Tsiganes et l'accueil de ces populations en France (à partir de l'animation Zigani Drom)...
 
Par ailleurs, la finalisation du DVD "Se nourrir...au Burkina Faso, à Cuba, au Népal - enjeux de développement" se concrétise, avec la sortie prévue avant la fin de l'année, en co-diffusion avec le CRDP Languedoc-Roussillon. Outre les 4 films sur la préparation de repas à Imasgho, à Koudougou (Burkina Faso), à La Havane (Cuba) et dans deux villages du Népal, le DVD contiendra des petits films illustrant les enjeux du développement (tournés dans ces pays), une photothèque et un livret pédagogique d'accompagnement. À suivre !
  • Collectif Alimentation et éducation
« Une seule main ne peut pas ramasser la farine »...
Plusieurs associations de l’Hérault ont en commun d’intervenir sur la question de la souveraineté alimentaire et plus spécifiquement sur certaines thématiques en découlant : commerce équitable, OGM, consomm'action, analyse des filières, empreinte écologique,...
Inutile de travailler chacun dans son coin. Nous sommes désormais une douzaine de structures*, chapeautées depuis peu par le réseau Coopere34, à nous appuyer sur nos différents supports (jeux, visites, vidéos, personnes ressources, expositions, documentation) pour proposer aux équipes pédagogiques (enseignants, Atoss, cuisiniers, élèves) de construire ensemble des actions éducatives sur mesure, en accord avec leurs projets d’établissement. Vous pouvez nous retrouver sur la page du site de Coopere34 consacrée à ce nouveau projet.
* Agropolis Museum, Apieu, Artisans du Monde, AVSF, BEDE, CDTM, CIVAM racines 34, Galapians, Graine LR, Lafi Bala, RED, Terre Nourricière…
 
L'équipe de Lafi Bala

Les nouveaux jeux de Lafi Bala, spécialement adaptés pour les enfants : le Jeu du cacao,
des cinq céréales,
le Jeu de l'oie Zigani Drom


Le DVD "Se nourrir..." : bientôt disponible !
  • Sur l'agenda de Lafi Bala...
. Cet automne, Lafi Bala proposera une tournée d'animations autour de la citoyenneté et du développement durable auprès des lycées de la région Languedoc- Roussillon (planning en cours).
. En novembre, nous co-animerons le festival de films AlimenTerre à Montpellier en partenariat avec les cinémas Diagonal et Utopia.
. Nous interviendrons également le 22 novembre auprès de la formation DIFED (Dynamique d'information et de formation sur l'environnement et le développement durable), à l'Université de Montpellier.
. En attendant les tournées prévues début 2009  en région Centre (Un peu de Sud dans mon assiette) et Pays de la Loire (Zigani Drom)... voir notre agenda en ligne..
 
 
Bon à savoir...
  • Campagne "Huit fois Oui"
Le Ministère des affaires étrangères et européennes lance une campagne d'information sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement appelée "Huit fois Oui". Celle-ci se matérialise par la production de deux expositions, une pour les 9-13 ans, l'autre pour les lycéens, les étudiants et le grand public en général. Ces expositions sont diffusées dans les établissements scolaires et auprès des associations de solidarité internationale (dont Lafi Bala). Pour plus d’information sur la campagne et les expositions : www.huitfoisoui.fr
  • Le jeu du Notoc
Pour sensibiliser de façon ludique des étudiants au commerce international et au commerce équitable, AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans frontières) en collaboration avec l’ENESAD (Etablissement national d'enseignement supérieur agronomique de Dijon) vient de finaliser le Jeu du Notoc, jeu de rôle qui se base sur la réalité du coton en Afrique de l’Ouest : rapport de force défavorable entre producteurs et intermédiaires, diversité des leviers pour améliorer la situation des producteurs, intérêts et limites des organisations de producteurs, seuil de survie et seuil de vie durable pour les familles de producteurs, rôles des ONG dans les projets de développement…
Version prête à l’emploi (30 euros, frais de port inclus) dans l'espace boutique du site d'AVSF.
Vous pouvez aussi le télécharger librement (pdf de 10 Mo) dans l'espace téléchargements du site.
  • L'autre Monde de Zoé
Co-réalisé par le CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement), Starting Block et RITIMO (Réseau d'information et de documentation pour le développement durable et la solidarité internationale) avec le soutien d'Educasol, ce document prend le "contre-pied" d'un document original co-réalisé par les Ministères de l'Education Nationale et de l'Economie, en partenariat avec Sciences Politiques Paris intitulé "Le Monde de Zoé" en 2006...
  • Campagne et festival de films AlimenTerre
Comme chaque année, la campagne AlimenTerre, pilotée au niveau national par le CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale), sera relayée localement sous la houlette de Lafi Bala, par Artisans du Monde, AVSF, le CDTM (Centre de documentation Tiers-Monde), ISF (Ingénieurs Sans Frontières) et le RED (Réseau Education au Développement). Au programme :
- le 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation, lancement de la campagne au lycée agricole H. de Balzac à Castelnau-le-Lez. Un travail en amont avec les équipes éducatives, l’économe, les cuisines et les élèves permettra de proposer aux lycéens un repas bio et plusieurs ateliers déclinant le nouveau thème 2008/2009 « Produire, transformer, consommer autrement pour une agriculture durable ».
- en novembre, le Festival de films AlimenTerre : 4 projections pour mettre des images et des mots sur les désordres alimentaires du monde. Les cinémas Diagonal et Utopia vous accueilleront à tour de rôle pour des séances thématiques suivies de débats :
> « OGM : en quoi ça gêne ? » le Jeudi 6 en soirée au Diagonal : Le Monde selon Monsanto, de Marie-Monique Robin
> « De la fourche à la fourchette, le règne de l’agrobusiness ? » le Jeudi 13 en soirée à l’Utopia : L’assiette sale, de Denys Piningre
> « Paysannerie dévastée, l’humanité en danger ? » le Jeudi 20 en soirée au Diagonal : La vache numéro 80 a un problème, de Dirk Barrez suivi de La faim des paysans : les labours du futur, de Clément Fonquernie et Piet van Strombeek
> « Manger ou conduire, il faut choisir ? » le dimanche 30 en matinée à l’Utopia : Du sucre et des fleurs dans nos moteurs, de Jean-Michel Rodrigo.
- sans oublier nos traditionnelles actions : animations, concours du CDTM en direction des restaurants scolaires de la ville de Montpellier,…
  • À noter sur vos agendas...
- Journée mondiale de l'alimentation : 16 octobre 2008
Festival de films AlimenTerre : même programmation qu’à Montpellier, un rendez-vous hebdomadaire en novembre dans une quinzaine de villes en France, à l’initiative du CFSI
- 11è Semaine de la solidarité internationale, du 15 au 23 novembre 2008 : "Le monde bouge, et vous ?"

- À Montpellier, la 19ème Quinzaine Tiers-mondes aura lieu du 15 au 30 novembre, sur le thème « Luttes et résistances de la société civile ». Le programme de ce temps fort de la MTMSI (Maison des Tiers Mondes et de la Solidarité Internationale) de Montpellier est en cours d’élaboration, surveillez leur site.
Conférences, débats, expositions seront l’occasion de mesurer la place et le rôle de la société civile dans le monde aujourd’hui… sans oublier le partenariat avec le collectif AlimenTerre dans la mise en place du Festival montpelliérain !
Petite annonce
Dans le cadre de notre projet de réalisation d’une exposition de sensibilisation sur la gestion durable des ressources halieutiques dans le monde, nous souhaitons inclure une maquette (en 3D, dimensions 60x45x30 cm env), interactive et dynamique, pour mieux faire comprendre la genèse (dans le temps et l’espace) du phénomène d’up-welling (courant marin).
Nous sommes donc à la recherche d’un(e) maquettiste-modèliste pouvant faire une proposition technique et financière…
Contact : Lafi Bala : 04 67 79 27 67

Clics spéciaux
www.uved.fr/index.php?id=270 : pour télécharger le nouveau livre numérique "Introduction à l'Environnement et au Développement Durable" édité par l'UVED (Université Virtuelle Environnement & Développement Durable)

http://na.unep.net/AfricaAtlas : un site cartographique exceptionnel sur l’Afrique édité du nouvel atlas pour l’Afrique publié par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). A partir de la comparaison de plus de 300 images des mêmes régions prises à une vingtaine d'années d'écart, par satellite, dans tous les pays d'Afrique, dans plus de 100 endroits, cet ouvrage montre clairement la façon dont les choix de développement, la croissance démographique, le changement climatique et, dans certains cas, les conflits affectent les ressources naturelles du continent...
Horizons : Résistance dans les îles de Panamà
Quittons un instant notre univers lafibalien… pour prendre l’avion (aïe aïe aïe) ou le bateau pour les chanceux… Direction Panamá ! Une langue de terre à peine visible sur un planisphère, recouverte en grande partie par une forêt tropicale à la biodiversité unique. Un isthme qui réunit Amériques du Nord et du Sud et qui s’apparente à un confortable hamac fixé entre deux cocotiers…
Ce sont les vagues migratoires successives, forcées ou volontaires, qui constituent la population actuelle du pays : descendants de conquistadores, d’esclaves noirs, d’ouvriers du canal afro-antillais, européens ou chinois, commerçants libanais ou indiens… sans oublier les « peuples premiers », sept groupes amérindiens, qui représentent près d’une personne sur douze. Une mosaïque ethnique et culturelle de 3,4 millions d’habitants !

Un trait noir qui partage le visage en deux, un anneau d’or dans le nez, les cheveux courts, deux molas* cousues sur la blouse, une jupe portefeuille aux motifs colorés, des bracelets de perles aux poignées et aux chevilles… Qui sont donc ces femmes si élégantes ?
Leur peuple, Tule ou Kuna, a toujours veillé à préserver son identité et ses valeurs, à assurer la transmission de sa culture et à la protéger des influences extérieures, tant des autres peuples amérindiens que des hommes blancs (les waga). Une résistance exemplaire à découvrir !
 
                  

Rejoignons donc la comarca Kuna Yala, premier territoire autonome amérindien des Amériques (1938), mieux connu sous le nom de San Blas : une bande de terre verdoyante de 200 km de long sur 15 km de large longeant la mer des Caraïbes, associée à un archipel corallien d’environ 365 îles ou îlots dont une quarantaine sont habitées**.
    
Dans les îles, le temps change rapidement : la mer prend des teintes noires bleutées et le ciel se charge d'électricité. L'atmosphère est lourde et les paysages surnaturels...

Au Panamá, le terme comarca désigne une réserve autonome indigène délimitée géographiquement, et dont les habitants sont, en principe, consultés sur tout changement relatif à ses frontières ou à sa gestion. Dans les faits, cette autonomie est exercée sur la base de l’organisation interne propre à chacun des groupes amérindiens.

La Maison du Congrès local (Onmaked Nega) constitue le cœur de la vie politique et administrative de chacune des 49 communautés kunas. C’est dans ces grandes maisons communales en bois, bambou et palme, que sont prises de façon participative toutes les décisions relatives à la culture, à la religion et au patrimoine du peuple tule. L’autorité la plus influente, le Sahila, reconnaissable à son chapeau noir, prend place au centre, dans un hamac, pour diriger le congrès en compagnie du Argargana (porte-parole) et du Sualibedi (gardien de l’ordre). Les hommes et femmes du village s’installent sur les nombreux bancs. Ces séances quotidiennes ponctuées de discours, incantations, prières et chants, peuvent durer la nuit entière et pas question de se défiler… Un système d’amende permet de punir toute personne n’appliquant pas le règlement communautaire !
Les Sahilas sont les garants de la mémoire du peuple kuna, transmise oralement à travers leurs discours. Trois d’entre eux sont élus pour représenter leur peuple au sein du Congrès général, interface avec les autorités nationales panaméennes.

Incontournable, Kuna Yala reçoit chaque année la visite de milliers de voyageurs attirés par ses îles paradisiaques. Mais ce joyau du tourisme panaméen entend bien protéger son Eden. Ici, les étrangers n’ont aucun droit sur les terres et ressources naturelles de la comarca : les décisions kunas prévalent sur les intérêts extérieurs, que ce soient ceux de l’Etat panaméen ou d’entreprises privées nationales et internationales ! Malgré les sollicitations croissantes, les Kunas résistent, trop conscients qu’ils y perdraient leur identité et l’avenir de toute la communauté. Et ce n’est pas si simple avec le boom touristique que connaît actuellement le pays… Comment concilier développement touristique, accueil et amélioration de l’économie, tout en préservant mode de vie, traditions et environnement ?
Vaste question… La seule solution pour approfondir la rencontre… se rendre sur place !

Marie Youakim et Nicolas Lhullier

P.S. : l'association La Route des Sens (www.laroutedessens.org) propose des voyages solidaires et équitables basés sur la rencontre et l'échange, et directement liés à l’aide au développement, particulièrement au Panamà...

* La mola, cette pièce de tissu rectangulaire qui forme l’avant et l’arrière de la blouse des femmes kunas, est confectionnée selon la technique dite de l’appliqué inversé. Plusieurs couches de textile sont superposées. Les découpes faites sur le tissu de dessus laissent apercevoir la couleur de l’étoffe de dessous et ainsi de suite. Le résultat final est un véritable tableau, dont la profondeur des matières contribue au relief.
Si les motifs représentés trouvaient autrefois leur origine dans l’imaginaire ou dans les rites socioculturels des Kunas, ils intègrent aujourd’hui de nombreux éléments de la culture occidentale. Certaines molas représentent ainsi le père Noël, l’arche de Noé ou encore des cloches et des gants de boxe, etc. Ce produit phare de l’artisanat panaméen détient la première place au classement des ventes, aussi bien sur le territoire qu’à l’exportation. La demande ne cesse d’augmenter. Les Kunas eux-mêmes se sont organisés en coopératives. L’arrivée des touristes a vivement encouragé le développement de sites Internet consacrés à la vente en ligne, et nombreux sont les étrangers qui passent directement de grosses commandes à des familles kunas, pour revendre ensuite le tout dans leurs pays respectifs. Un procédé pas forcément "équitable"…
** Les îles proches des côtes sont en général surpeuplées, ce qui entraîne des problèmes d’assainissement et de recyclage des déchets… Quant aux îles plus lointaines, elles ne sont habitées que par quelques familles dont la présence a pour but d’empêcher le vol des noix de coco.
Les noix de coco, ou ogob, ont longtemps constitué l’une des principales sources de revenus de la communauté (70 % en 1967) et de nombreuses îles et zones côtières pratiquent toujours la monoculture. Aujourd’hui encore, la coco (dont le prix unitaire est d’environ $ 0,15) est utilisée comme monnaie d’échange avec les marins colombiens, au même titre que la mola, pour troquer contre des produits de première nécessité, hamacs, fil à coudre, etc.
Le mot du directeur
Ah ! Bonnes nouvelles dans ce numéro !
En plus des précédentes : Lafi Bala équilibre son budget. Ouf ! Depuis 3 ans les déficits s’accumulaient (24000, 12000, 6000). Ça ne pouvait plus durer bien longtemps...
Je suis allé en juin dans une université d’été de l’Union européenne qui traitait de l’extrème pauvreté dans le monde : comment lutter au niveau local, national, européen.
Vous me direz : quel lien entre les deux ? Ma sénilité rampante ? une erreur de manipulation du clavier ? Que nenni !
Il y avait 38 pays représentés avec des anglos-saxons d’un pragmatisme féroce : une fois les faits constatés, l’environnement cerné, les facteurs limitants établis, on définit l’action. Trouver les moyens d’atteindre sa cible devient alors la priorité absolue. Pas à n’importe quel prix mais presque.
C’est un peu le même débat qui existe autour du commerce équitable ici : faire du chiffre pour aider un maximum de petits producteurs et se vendre aux centrales d’achats ou bien rester sur une niche de distribution avec une éthique et des valeurs claires mais peu d’impact au Sud ?
La bonne santé économique doit être notre souci. A quoi bon avoir des idées géniales seul dans son coin et mourir à petit feu ? On est en Europe, regardons travailler les anglos-saxons, sans complexe mais avec attention. Eux nous écoutent quand on parle de changement social, de politique et de valeurs.
Frottons nous avec tous les étrangers, comme deux hérissons qui vont faire l’amour...
Kaïto
De vous à nous...
Vous pouvez copier-coller cette rubrique et nous la renvoyer complétée à lafibala@lafibala.org
ou à secretaire.lafibala@yahoo.fr
  • Votre avis sur la Voix du griot...
Remarques et suggestions bienvenues :


  • Pour abonner quelqu'un à la Voix du griot...
Je suggère que la (les) personne()s suivante(s) puissent recevoir également les informations de l'association Lafi Bala (2 numéros par an, mars et septembre) :
Nom :
Prénom :
Structure :
Adresse :
Téléphone :
Mél. :

  • Pour adhérer à Lafi Bala...
Nom :
Prénom :
Structure :
Adresse :
Téléphone :
Mél. :
. Je souhaite adhérer à l'association Lafi Bala pour 2008 : 10 euros
. Je souhaite adhérer et soutenir l'association, je donne : ..... euros
chèque à l'ordre de Lafi Bala, à envoyer à :
Lafi Bala, LPA H. de Balzac, BP 47, 34 172 Castelnau le Lez Cédex
  • Pour commander une (des) bouteille(s) de la cuvée spécial 20 ans Lafi Bala...
une bouteille : 5 euros
un carton de 6 bouteilles : 25 euros

Je souhaite réserver ....bouteille(s) et viendrai chercher ma commande.
chèque à l'ordre de Lafi Bala, à envoyer à :
Lafi Bala, LPA H. de Balzac, BP 47, 34 172 Castelnau le Lez Cédex
  • Pour venir à l'assemblée générale de Lafi Bala...
OUI, je (nous) viendrons à l'assemblée générale de Lafi Bala, le 27 septembre 2008 au lycée H. de Balzac (ex La Frondaie), à 16h30 précises.
Nom (s) :
Prénom(s) :
Structure(s) :
Adresse(s) :
Téléphone(s) :
Mél.(s) :

L'association Lafi Bala reçoit le soutien du conseil général de l'Hérault et du conseil régional Languedoc-Roussillon.